Drogues pour maigrir – Situation des drogues en France

Introduisons cette série d’articles consacrés à la drogue dans le cadre de l’Action européenne contre la drogue (EAD) menée en partenariat avec l’Union européenne par la définition que nous allons donner à celle-ci. Le Petit Robert donne comme définition de la drogue qu’il s’agit de drogues dures, engendrant rapidement une dépendance physique et psychique (héroïne, cocaïne, LSD, amphétamine, etc.). Si nous mettons en avant le facteur de dépendance, il peut également être rajouté à cette définition les drogues légales que sont le tabac et l’alcool. Il est intéressant de remarquer que certains médicaments sous prescription utilisent les molécules de certaines drogues dures, à l’exemple du, actuellement médiatisé, Mediator, ce qui nous fera nous interroger dans un prochain article sur la viabilité de ceux-ci ainsi que les différences existantes entre drogues et médicaments.

Pourquoi consommer de la drogue ?

Derrière cette question pouvant paraitre naïve, les drogues sont perçues de manière différente en fonction du milieu qui les utilise. Il existe ainsi des drogues stimulantes (amphétamines), relaxantes (cannabis), anabolisantes (stéroïdes) ou perturbatrices du système nerveux (alcool). Chaque milieu peut ainsi en avoir une utilisation particulière. Les milieux professionnels stressants peuvent recourir à des stimulants tels amphétamine ou cocaïne, les boites de nuit à des stimulants et euphorisants, les compétitions sportives à des anabolisants afin de gagner en endurance ou force et les pratiquants de salle de sport à des hormones anabolisantes comme l’hormone de croissance pour prendre de la masse musculaire ou à des bêta agonistes, originellement destinés aux animaux, pour bruler la graisse. Ces drogues permettent ainsi de se dépasser, voire de permettre au corps ce qu’il n’aurait jamais pu réaliser car limité génétiquement. Mais à quel prix ? Voici une liste non exhaustive des drogues les plus courantes :

Famille de droguesDrogues
Dépresseurs du système nerveuxBière, spiritueux, vin, etc.
Narcotiques ou pertubateurs du sytème nerveuxCannabis, etc.
Stimulants mineursNicotine, caféine, théine, chocolat, cola
Stimulants majeursAmphétamines, méthamphétamines, cocaïne, ephédrine, etc.
Hormones anabolisantesStéroides, hormones de croissance, EPO, corticostéroïdes, diurétique, bêta agonistes, etc.

Nous verrons plus en détail dans un prochain article les drogues utilisées à des fins de perte de poids et sportive ainsi que leurs risques.

Situation actuelle des drogues en France :

Les drogues les plus utilisées en France, selon l’observatoire européen des drogues et des toxicomanies EMCDDA sont le cannabis avec 30,6% d’adultes entre 15 et 64 qui en consommés au moins une fois (2005) contre 2,6% de ce même groupe qui aurait consommé au moins une fois de la cocaïne et 2% qui aurait consommé au moins une fois de l’ecstasy.

Selon une autre étude (Escapade) réalisée en 2008 sur un groupe de jeunes Français âgé de 17 ans. 42,2% d’entre eux auraient consommé du cannabis ou du haschich au moins une fois dans leur vie, 3,2% auraient au moins consommé une fois de la cocaïne, 2,7% d’entre eux des amphétamines, 2,9% de l’ecstasy , 1,2% du LSD et 1,1% de l’héroïne

L’Emcdaa par ses études montre une augmentation au sein du groupe des jeunes adultes (17 à 30 ans) de la consommation de substance illicites, indiquant une banalisation de celles-ci et qui peut amener à s’interroger sur la perception de la société de celles-ci ainsi que leur acceptation.

Les drogues et la perte de poids

Retournons maintenant à notre sujet de prédilection, la perte de poids. Maigrir est un sujet à la fois actuel et tabou dans notre société. Dans une société où le regard des autres est si central, il peut sembler difficile de ne pas penser à son physique. Pourtant un adulte sur dix serait obèse dans le monde1 et un adulte sur deux serait en surpoids ou obèse en France. Alors qu’il est peut être difficile de remettre en cause son alimentation, il existe en France une culture du médicament qui fait qu’il est tentant de faciliter une démarche quelque elle soit par la prise de comprimés. À l’exemple de quand nous sommes malades et qu’il faut être à tout pris au travail le lendemain. Tout moyen devient alors malheureusement bon à prendre. Il en est de même avec la perte de poids, il peut être difficile d’envisager que pour obtenir le corps de son rêve l’on doive fournir un effort sur une période longue durée. Il peut alors arriver que l’on choisisse la voie de la facilité en prenant des comprimés qui pourraient faire le travail tout seul. La facilité n’est toutefois pas la seule raison pouvant nous pousser à consommer de telles drogues. On peut également souhaiter ressembler à des modèles masculins et féminins dont l’image est tellement communiquée sur les différents médias. Nous pouvons alors nous demander d’où provient la dépendance. Provient-elle de l’obsession de perdre du poids (anorexie) ou des drogues ou médicaments consommés? Comment faire face à l’anorexie et la boulimie?

Cet article introductif avait comme but de préciser notre démarche et les questions qui seront traitées dans nos futurs articles. Nous avons donc abordé les drogues utilisées les plus populaires et donné un bref aperçu des raisons qui peuvent pousser à consommer des drogues tout objectif confondu puis dans un objectif de perte de poids. Nous publierons un nouvel article dans quinze jours qui portera plus spécifiquement sur une drogue utilisée dans une démarche de perte de poids.

Références :

Etude épidémiologique sur l’obésité

Cinquième édition de l’enquête nationale ObEp

  1. http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736%2810%2962037-5/fulltext []
Combien de Protéines dans le...

Les protéines du poulet sont de très bonne qualité en comparaison d’autres aliments. Ses protéines contiennent ainsi tous les acides aminés essentiels nécessaires au corps et dans les proportions exactes [...]

Drogues pour maigrir – Situation...

Introduisons cette série d’articles consacrés à la drogue dans le cadre de l’Action européenne contre la drogue (EAD) menée en partenariat avec l’Union européenne par la définition que nous allons [...]